Bouée de sécurité (Safety Buoy) : testé par le CDT

departDans la vie d’un triathlète, la nage en eau vive est un incontournable pour bien se préparer aux conditions que l’on rencontrera en course (eau froide, nager sans ligne au fond, algues, poissons, profondeur, eau trouble, etc). Or, nager en eau libre n’est pas sans contraintes et sans risques telles que le stockage des affaires ou des clés de voiture, les crampes, les bateaux ou les vagues. C’est sûrement pourquoi de plus en plus d’équipementiers se sont penchés sur ces problèmes et ont lancés sur le marché des sacs/bouées de sécurité à tracter pendant sa sortie natatoire.
Les triathlètes de notre entourage ayant fait l’investissement dans ce type de bouée étaient en général plus que satisfaits de leur achat. Nous avons donc décidé à notre tour de tester une de ces safety buoy.

Conditions de l’essai

Nous avons utilisé une Safety Buoy Orca pendant 2 mois aux étangs de Cergy (95), au lac d’Esparron (04), à la Grande Motte (Méditerranée) et en Bretagne.

Les objectifs étaient de :

  • transporter notre petit matériel
  • être vus depuis la côte ou la berge
  • être mieux repérés des embarcations en mer car souvent d’Octobre à Juin, il n’y a pas de zone protégée en mer pour les baigneurs.
  • apporter un point de sécurité permettant de faire une pause en plein milieu de l’élément aquatique.

Premier contact

Pour cet essai, nous avons acheté une bouée de la marque Orca mais il existe plusieurs marques qui proposent ce type de produit (Head, Zone3). Pour environ 45€ la bouée est livrée dans un packaging qui permet de stocker la bouée pendant les mois d’hivers. La notre est orange fluo (Zone3 en fait aussi une rose fluo) avec une sangle solide qui permet soit de l’attacher à la taille quand on nage, soit d’en faire un sac de transport. La poche est suffisamment grande pour y mettre une combinaison, les lunettes, le bonnet et les lunettes. Il n’y à qu’un seul flotteur à gonfler mais la qualité du matériau semble extrêmement résistante et il n’y a pas de crevaison à craindre même en passant près des ronces ou de bois coulés.
La fermeture de la poche se fait comme un véritable sac de marine en enroulant le haut du sac puis en le fermant par l’attache prévue comme un gros boudin. L’étanchéité est parfaite, nous avons même nagé avec les clés de voiture dans la poche (avec transpondeur électronique style VW).
Un bémol quand même à noter :  la bouée perd inexorablement de la pression mais sans jamais trop se dégonfler. Sûrement une petite fuite.en mer

Après 2 mois d’utilisation 

Autant être honnête, notre bouée a fait partie de nos vacances, nous a accompagnés sur chaque sortie en eau libre et elle continuera de le faire. Lors d’un stage en étangs avec les gamins du club, nous étions rassurés de la savoir à nos côtés. Certains l’ont utilisée pour se reposer quelques instants avant de repartir.
Lors de sortie solo où on partait un peu loin, nos proches pouvaient nous suivre depuis la plage ce qui était un grand souci auparavant car même avec un bonnet de couleur vive, dans les vagues à 300m de la plage, on ne peut plus voir le nageur.
On a essayé de « couler » cette safety buoy mais impossible. Même un nageur de 80kg sur un flotteur un peu dégonflé, ça tient très bien !
Pour être tout à fait franc, la sangle est à notre goût beaucoup trop courte pour un nageur de 1,80m et nous l’avons modifiée en y ajoutant 3 mètres de cordes fluo (au rayon plongée sous-marine) car chaque fois que l’on mettait des jambes, les mollets tapaient la bouée, ce qui la rend énervante très rapidement.
Enfin, après 2 mois à nager au soleil en eau douce et en eau de mer, la belle couleur s’est pas mal estompée et désormais nous avons une bouée orange, le côté fluo s’étant estompé.vide face

videsacinterieur sac

Au final

On a découvert que cette bouée apporte un vrai bénéfice pour les nageurs en eau libre sans pour autant avoir de contrainte (une fois avoir allongé la longe).
Alors qu’on avait découvert le flotteur fluo auprès de nageurs en manque de confiance , on s’est rendu compte dans notre usage que la bouée était mieux quand elle était tirée par le nageur de tête. Car dans une mer houleuse, la Gazelle était bien rassurée de voir la bouée devant elle car son poisson pilote avait disparu avec ses 2 vagues d’avance.

couple

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>